Stratégie GSE de dnata pour réduire ses émissions de 50% d’ici 2030

0
30

La durabilité est “au cœur de ce que nous faisons”, a déclaré le PDG de dnata, Steve Allen, aux journalistes récemment, lorsqu’il a partagé la stratégie de réduction de l’empreinte carbone du prestataire de services au sol pour 2030. La semaine dernière, Airside a été invité à visiter le siège social de dnata à Dubaï et ses installations aéroportuaires, où le patron des opérations au sol a clairement exposé les plans de l’entreprise pour décarboniser sa flotte de véhicules GSE. En définissant l’objectif stratégique de l’entreprise de réduire de 50 % son empreinte carbone d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2022, Allen a déclaré que dnata transformait sa flotte avec des véhicules remis à neuf pour prolonger les cycles de vie de l’équipement, réduire les émissions polluantes et limiter les déchets. Le PDG a expliqué en outre que dnata continuera à remplacer les équipements diesel par des alternatives hybrides ou électriques – y compris les véhicules de piste, les GSE et les chariots élévateurs. “Lorsque cela est possible”, le prestataire utilise également des biocarburants comme alternative au diesel aux Pays-Bas et aux Émirats arabes unis (EAU). En février, dnata a annoncé que tous ses véhicules diesel sur les aires de manœuvre de l’aéroport de Schiphol à Amsterdam étaient remplacés par des voitures électriques intelligentes. Allen a déclaré aux médias à Dubaï la semaine dernière : “Nous avons une énorme flotte GSE dans le monde entier, et nous sommes progressivement en train de transformer notre équipement GSE en solutions hybrides et électriques. “Nous dépendons de l’infrastructure aéroportuaire, dans de nombreux cas. Nous essayons d’aider les aéroports à améliorer leur infrastructure pour permettre une plus grande électrification, plus d’hybrides, plus de biocarburants et éventuellement de l’hydrogène.” Le patron de dnata a ajouté qu’il travaillait avec son équipe pour envisager des solutions d’infrastructure, où les opérateurs de GSE et les fabricants mettent en évidence le manque d’adaptation de l’équipement durable comme un obstacle significatif à la progression des efforts de durabilité. Allen a poursuivi : “Nous menons ici à Dubaï des essais exhaustifs, avec plus de 3000 véhicules motorisés. “Nous avons une réelle opportunité d’expérimenter de nouveaux produits avec les fabricants, travaillant très étroitement avec les entreprises qui fabriquent de l’équipement pour dire : ‘qu’est-ce qui fonctionnerait dans un environnement comme celui-ci en plein été, d’un point de vue électrique, et comment pouvons-nous y parvenir ? ‘” Développant sur les essais de réduction des émissions effectués par dnata à Dubaï, Allen a expliqué : “Il y a un très bon exemple que nous testons en ce moment, qui consiste à installer des interrupteurs sur chaque poste ici à Dubaï, où, lorsque l’avion n’est pas branché sur l’alimentation au sol, vous pouvez brancher l’équipement à la place. “Ainsi, vous ne videz pas l’alimentation au sol, qu’il y ait ou non un avion sur cette aire de stationnement. Mais dès qu’il part, vous pouvez brancher votre équipement et il suffit d’actionner un interrupteur pour le faire. “Cet interrupteur n’est pas cher, il peut être branché très facilement, il contrôle la consommation excessive d’électricité et offre une solution aux aéroports. “Trouvons donc des solutions pour les aéroports, ne nous contentons pas de citer les problèmes. C’est notre approche.”